Littérature américaine

cvt_la-maison-de-la-nuit-tome-1-marquee_4592P.C. Cast : « La maison de la nuit – T1 : Marquée » : Dans un monde qui pourrait être le nôtre vit Zoey Redbird, une adolescente presque comme les autres. Un soir après les cours, un jeune homme inquiétant s’approche d’elle. Soudain, il la désigne du doigt et lui dit:  » Zoey, ta mort sera ta renaissance, ton destin t’attend a la Maison de la Nuit « . A ces mots, une marque mystérieuse apparaît sur son front. Zoey est terrifiée mais, elle le sait, elle doit intégrer le pensionnat où sont formés les futurs vampires, pour y réussir sa Transformation ou… mourir.

« Et rien d’autre » de James Salter

A. Munro :   Prix Nobel de littérature en 2013cvt_Secrets-de-polichinelle_3165

-« Secrets de polichinelle« 

– « Amis de ma jeunesse« 

J.C. Oates :

C_Jai-reussi-a-rester-en-vie_5985

« Fille noire, fille blanche « ,

« J’ai réussi à rester en vie « ,

« Vous ne me connaissez pas  » ,

« Au commencement était la vie « 

 – J. Steinbeck : Prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son oeuvre.

   « A l’Est d’Eden » ( Livre de Poche, 7.60€)  Un roman familial de 700 pages, d’une grande fluidité. La saga d’une famille, sur trois générations, des relations entre le père et les fils, en référence à l’épisode biblique où Caïn fuit « à l’Est d’Eden » après avoir tué son frère Abel, par jalousie. Un thème fataliste emprunt de péché originel, mais un récit humaniste plein d’espoir en les capacités humaines.

 « Des souris et des hommes » : George et Lennie, journaliers, errent sur les routes pour trouver du travail dans n nouveau ranch. Ils rêvent de posséder le leur, mais Lennie, simple d’esprit, ne cesse de leur attirer des ennuis. Un texte court mais chargé d’émotions qui nous fait changer d’univers…et une fin bouleversante !

L. Kasischke : entre frisson et cauchemar :

– « A moi pour toujours » – La cinquantaine, universitaire, Sherry se complait dans une vis sentimentale et sexuelle très moyenne. Quand un grain de sable, un billet de Saint Valentin, fait chanceler son équilibre…la tension monte jusqu’à l’irréparable. (Livre de Poche, 6.90€)

– « La vie devant ses yeux » – Diana, mère de famille américaine typique, enseigne le dessin et s’occupe de saK le vie devant fille. Mais un traumatisme passé ne cesse de la hanter… le cauchemar fait craquer la façade brillante. (Livre de Poche, 7.10€) Roman adapté au cinéma en 2007 par Vadim Perelman.

– « En un monde parfait » : Débutant comme un conte de fée, dont on pressent quand même qu’il est trop beau pour être vrai, l’histoire prend un tournant fantastique, avec pourtant un air bien réel . Une épidémie mondiale isole les personnages, mais participe à ma reconstitution de certaines valeurs. (Livre de Poche, 6.90€)

-« La couronne verte » : Véritable rituel, les vacances de printemps aux Etats-Unis marquent le passage à l’âge adule pour les élèves de terminale, qui partent une semaine entre eux. Anne et Michelle acceptent de suivre Terri au Mexique, et de visiter les ruines de Chichén Itzà en compagnie d’un inconnu. Une fiction philosophique et angoissante avec une narration alternative, à la 1ère et à la 3ème personne. (Livre de Poche, 6.10€ )
Paul Auster :

– « Trilogie new-yorkaise« 

-« La nuit de l’oracle »

– «  Invisible »

– « Sunset Park »

Philip Roth : « Un homme » : Un homme. Un homme parmi d’autres. Le destin du personnage de Philip Roth est retracé depuis sa première et terrible 13487_1023414confrontation avec la mort sur les plages idylliques de son enfance jusque dans son vieil âge, quand le déchire la vision de la déchéance de ses contemporains et que ses propres maux physiques l’accablent. Entre-temps, publicitaire à succès dans une agence à New York, il aura connu épreuves familiales et satisfactions professionnelles. D’un premier mariage, il a eu deux fils qui le méprisent et, d’un second, une fille qui l’adore. Il est le frère bien-aimé d’un homme sympathique dont la santé vigoureuse lui inspire amertume et envie, et l’ex-mari de trois femmes, très différentes, qu’il a entraînées dans des mariages chaotiques. En fin de compte, c’est un homme qui est devenu ce qu’il ne voulait pas être. Ce roman puissant – le vingt-septième de Roth – prend pour territoire le corps humain. Il a pour sujet l’expérience qui nous est commune et nous terrifie tous.

John Green : « Nos étoiles contraires »

cvt_La-fin-du-vandalisme_831Tom  Drury : « la fin du vandalisme » : La Fin du vandalisme est le premier volume d’une trilogie qui raconte le comté de Grouse, dans le Midwest : ses fermes, ses chemins de terre, ses lacs, son marais Lapoint, son bois Martins, sa saison sèche suffocante, ses pluies automnales, ses pompiers, son conseil élu… Le couple formé par Dan, le shérif, et Louise, jeune femme lunaire, ironique, secrète, est au centre de cette fresque foisonnante de personnages, dont la construction et la tonalité ne sont pas sans rappeler le Winesburg-Ohio de Sherwood Anderson. Tom Drury entrelace ses fils narratifs avec une admirable sérénité et un sens de l humour extraordinaire, sans sarcasme ni cynisme, il invente un monde, un drôle de Midwest profondément original et follement attachant.

John Dos Passos : « L’initiation d’un homme » :

Laisser un commentaire