L’atelier d’écriture

L’atelier d’écriture vous propose de véritables « bulles d’espace-temps » pour le plaisir de lire et d’écrire, juste pour soi ! De 1 à 5 ateliers par semaine, pour débutants ados et adultes (voir les propositions dans l’agenda)

Pourquoi écrire ?
Ces ateliers d’écriture ont de nombreux objectifs : jouer, se dire, s’exprimer, découvrir voire s’approprier les styles littéraires, se perfectionner, échanger ….

Écrire c’est :
jouer avec les mots, explorer des formes différentes d’expression…pour comprendre les ressorts de l’écriture et pouvoir apprécier les livres autrement.
S’exprimer n’est pas toujours facile, et parfois source d’angoisse. Les ateliers sont conçus pour libérer la parole en s’attachant au sens à donner, au message à faire passer, par l’imaginaire ou le récit. On s’ingénie ensuite à chercher le mots précis, la forme concise, la structure d’ensemble !
On est loin des exercices de grammaire !

se dire, parler de soi, dire ce qui ne peut pas l’être, exprimer ses émotions, sentiments et ressentiments. Il devient alors un acte d’affirmation de soi qui redonne confiance, dans des récits auto-biographiques.

améliorer sa communication écrite, ses techniques d’expression … par la fiction, l’imaginaire, l’humour…

structurer sa pensée et son expérience, faire un point sur sa vie,….
pour se resituer, se raviver, rebondir, se réveiller ou se recharger…. c’est selon !

Pour qui ?
On imagine souvent qu’un atelier d’écriture est réservé à une élite douée, à ceux qui sont nés la plume à la main. On pense souvent que l’œuvre nait d’elle même, d’une sorte d’inspiration divine accessible seulement à des élus.  

Mais, tout comme la musique, écrire s’apprend et suppose de la technique, de la pratique, de l’entrainement. Chacun porte en soi des émotions, des histoires à raconter, un imaginaire fertile et des graines de mots, une envie d’expression et surtout …. une capacité à tout cela ! Il est donc ouvert à tous les débutants, quelques soient les besoins.

Déroulement des séances :

(voir l’agenda)

En groupe de 8 personnes maximum, une séance dure environ 3h.

Après un court temps de présentation et d’échange, la séance se déroule en 4 temps
1) Une courte lecture pour s’inspirer,
2) la présentation d’une proposition d’écriture, un déclencheur !
3) des temps d’écriture, seul ou à plusieurs, ponctués de pauses : des temps d’échanges, de recherche de mots, d’idées
4) Lectures, remarques et conseils

Une séance ponctuelle sera plutôt consacrée à des exercices courts, 2 ou 3 pour des débutants. Quelqu’un de plus à l’aise pourra commencer un récit un peu long.
Sur plusieurs séances, on pourra envisager une écriture plus longue, une petite nouvelle, un récit autobiographique par exemple.

Certains textes, avec votre accord, pourraient être publiés sur le blog ou dans la livre d’or de l’Escale.

Et pour ceux qui, dans la famille, préfèrent lire, une sélection de bandes dessinées sera à disposition pendant le temps de l’atelier !

Deux exemples :

Thème d’écriture : Dans la vieille armoire, une pile de draps, une lettre…

Texte 1 : Secrets maison

Qu’il fait sombre ici…Et cette odeur de vieux papiers, de murs moisis qui me prend au nez …
Des rideaux fleuris que j’ouvre pour apporter un peu de lumière, s’envole un nuage lourd de poussière.
La pièce se découvre, lentement.
Malgré les toiles d’araignées, les vitres crasseuses, le carrelage crissant de débris … les souvenirs reviennent, m’imprègnent. L’odeur d’huile froide, un reste de savon à la lavande… les blagues, les histoires, les secrets … tout me la rappelle. Reviennent les heures passées à l’écouter se raconter : la guerre, la vie, les morts. Une submersion de souvenirs…Et même sa mauvaise foi me remplit la gorge d’une boule envahissante…. Mamie !

Elle avait l’air plus grande cette maison !

Certains meubles ont été récupérés, les plus utiles ou encore vendables ! La couleur de la cuisine en formica a passé, le poêle est éteint. J’avance lentement, engourdie d’émotion … dans la salle à manger, le lustre tenace pend, agrippé à son fil électrique.
Dans la chambre, le couvre-lit satiné, qui a tant apaisé mes peurs d’enfant, attend langoureux et solitaire … Pas vendable ! Aux poils épars , je dirais qu’il fait encore le bonheur de quelques chats !
La porte de la grande armoire entrouverte laisse deviner un contenu oublié : un coussin, des tissus, quelques draps… Par réflexe, j’ouvre, je caresse… C’est comme dans mon souvenir, râpeux et chaleureux à la fois ! On se fait des souvenirs parfois surprenants !

Un bruit incongru de papier arrête le fil de mes pensées si philosophiques. En glissant la main, je découvre une liasse de feuilles soigneusement repliées. Elle pouvait donc être soigneuse !
Mais pourquoi cacher ces vieux papiers … encore une cachotterie ! Elle nous en a tellement fait !
Mon cœur s’accélère à l’idée de découvrir un de ces secrets maintenant enfouis à jamais : ce qui s’est réellement passé pendant la guerre…et pourquoi pas un indice sur mon grand-père, son nom qui sait ?… Je me prends un moment à rêver, à imaginer l’annoncer à ma mère ! …
Après avoir déplié fébrilement le papier jauni, espérant trouver la belle écriture déliée d’époque, je découvre un vulgaire formulaire administratif … Quelle déception !
Par curiosité, je lis … quelle horreur, c’est un acte de décès , c’est littéralement morbide !
Quand on y pense, une vie sans doute longue, riche, pleine d’émotions et de rebondissements s’arrête ainsi, par un formulaire froid et anonyme ! Que c’est triste.

Il ne doit pas être si anonyme ! Qui a bien pu finir sa vie ici ?
Mon grand-père, l’officiel je veux dire, est mort à Bordeaux. Ma grand-mère à la maison de retraite, il n’y a donc aucune raison de trouver le sien ici.
Qui est-ce ? …. Pas toujours facile de trouver une info sur un imprimé !
Ah ! la date : 2005, il y a dix ans !
Mes yeux circulent pour trouver le nom du malheureux concerné.
Estomaquée, la feuille me tombe des mains
Ce nom, c’est le mien..
S.L.C.

Texte 2 : Une partie de cache cache pas comme les autres
La partie de cache cache s’éternisait et je n’avais toujours pas trouvé mon chat. De plus, je m’étais déjà bien éloignée de ma maison et je commençais à ressentir les frimas de l’automne.
Quand soudain, je le vis sur le rebord d’une fenêtre d’une vieille maison que je ne connaissais pas. Oh non, il entre ! il va m’attirait des ennuis !
Je partis alors dans sa direction ! Sur le chemin, les feuilles mortes crépitaient sous mes pieds comme un avertissement !
Je m’approchais de la fenêtre… Personne ! La maison me semblait abandonnée !
J’enjambais la fenêtre d’un pas assuré car à 14 ans, je n’avais peur de rien.
A l’intérieur, il y avait une vieille table en bois toute marquée par des traces de couteaux et d’usure du temps et une grande horloge avec un balancier immobile ! A côté de l’horloge, je découvris un escalier étroit et sombre qui montait à l’étage. Je m’y engouffrais fébrilement… En arrivant à l’étage, je fus surprise de ne voir qu’une grande pièce dans laquelle trônait une grande armoire vitrée, recouverte de poussière et de toiles d’araignées. Par la porte entrouverte, s’échappait le bout d’un drap. La porte faisait un bruit lugubre en s’ouvrant et se refermant régulièrement. En inspectant l’armoire, je découvris de nombreux draps blancs empilés les uns sur les autres.
Rien d’extraordinaire ! J’étais déçue. Je secouai les draps sans grande conviction pour voir si mon chat ne s’était pas glissé à l’intérieur ; j’allais refermer l’armoire quand une couleur jaune attira mon regard. C’était le même jaune que les tournesols ! Je tirai dessus et je découvris une lettre.
Le papier était froissé et une odeur indéfinissable mais pas désagréable me parcourut quand je commençai à lire à haute voix, la formule suivante :
Une bulle bleue s’est formée
Me donnant toute intimité
Par le pouvoir de trois fois trois
Cette bulle me protégera
Et…
Mon chat m’interrompit en se frottant contre moi ; « Ah, te voilà, toi »
Et… tout réapparaitra !
Qu’est ce que cela voulait bien dire ?
En retournant la lettre, je vois le titre du texte que je viens de lire : formule d’invisibilité temporaire.
Cette découverte me fait éclater de rire et je laisse tomber la lettre.
Je m’apprête à redescendre quand soudain, un halo bleu envahit mes mains et mes jambes. Cette lumière semble devenir très intense à moins que ce ne soient mes mains qui deviennent transparentes ! Je ferme les yeux un bref instant et je me pince pour voir si je ne rêve pas. Les yeux écarquillés, je découvre mon nouveau moi en train de disparaître : après mes mains et mes jambes
K.M.