Wahloo et Swöwell, précurseurs du polar suédois

Per Wahlöö, ancien journaliste suédois, et Maj Sjöwall, son épouse, sont les auteurs à 4 mains d’un cycle policier publié à partir de 1965 et baptisé « le roman d’un crime ». Ce cycle met en scène un inspecteur récurrent, Martin Beck ainsi que son équipier que l’on va voir évoluer tout au long de ces 10 romans.

L’aspect psychologique des enquêteurs, très humains avec leurs états d’âmes et leurs traits particuliers, prend une grande place dans la série et en constitue une des grandes réussites. C’est l’avis d’Henning Mankell, auteur suédois de roman policier, qui ne se cache pas d’y avoir  puisé son inspiration. La lecture chronologique des romans est ainsi vivement conseillée.

 » Roseanna  »

Une jeune femme est trouvée morte au fond d’un canal à Stockholm, sans le moindre indice ! L’enquête qui s’ensuit est lente, incertaine et presque décourageante, y compris pour le lecteur. Mais le lien qui uni Martin Beck à la victime vire à l’obsession et c’est davantage sa psychologie qui est explorée dans la 1ère partie du roman. Il n’est pas un être exceptionnel, mais il est obstiné et doté d’un sens aigu du devoir. Il doit cependant constamment lutter contre l’apathie et la lassitude qui s’emparent de lui. C’est son immense compassion qui le pousse à réparer le tord fait à la jeune femme.

Beaucoup d’auteurs actuels considèrent ce roman comme un chef d’œuvre.

 

1 commentaire sur “Wahloo et Swöwell, précurseurs du polar suédois”

  1. Les infos ici sur cette page sont bien intéressantes. J’ai vraiment bien aimé, un article qui est bien écrit et nous permet d’en savoir un peu plus sur le sujet. Bien vu !
    Amandine Luong / MELTY.FR

Laisser un commentaire