Une partie de cache-cache pas comme les autres

La partie de cache cache s’éternisait et je n’avais toujours pas trouvé mon chat. De plus, je m’étais déjà bien éloignée de ma maison et je commençais à ressentir les frimas de l’automne.
Quand soudain, je le vis sur le rebord d’une fenêtre d’une vieille maison que je ne connaissais pas. Oh non, il entre ! il va m’attirait des ennuis !
Je partis alors dans sa direction ! Sur le chemin, les feuilles mortes crépitaient sous mes pieds comme un avertissement !
Je m’approchais de la fenêtre… Personne ! La maison me semblait abandonnée !
J’enjambais la fenêtre d’un pas assuré car à 14 ans, je n’avais peur de rien.
A l’intérieur, il y avait une vieille table en bois toute marquée par des traces de couteaux et d’usure du temps et une grande horloge avec un balancier immobile ! A côté de l’horloge, je découvris un escalier étroit et sombre qui montait à l’étage. Je m’y engouffrais fébrilement… En arrivant à l’étage, je fus surprise de ne voir qu’une grande pièce dans laquelle trônait une grande armoire vitrée, recouverte de poussière et de toiles d’araignées. Par la porte entrouverte, s’échappait le bout d’un drap. La porte faisait un bruit lugubre en s’ouvrant et se refermant régulièrement. En inspectant l’armoire, je découvris de nombreux draps blancs empilés les uns sur les autres.
Rien d’extraordinaire ! J’étais déçue. Je secouai les draps sans grande conviction pour voir si mon chat ne s’était pas glissé à l’intérieur ; j’allais refermer l’armoire quand une couleur jaune attira mon regard. C’était le même jaune que les tournesols ! Je tirai dessus et je découvris une lettre.
Le papier était froissé et une odeur indéfinissable mais pas désagréable me parcourut quand je commençai à lire à haute voix, la formule suivante :
Une bulle bleue s’est formée
Me donnant toute intimité
Par le pouvoir de trois fois trois
Cette bulle me protégera
Et…
Mon chat m’interrompit en se frottant contre moi ; « Ah, te voilà, toi »
Et… tout réapparaitra !
Qu’est ce que cela voulait bien dire ?
En retournant la lettre, je vois le titre du texte que je viens de lire : formule d’invisibilité temporaire.
Cette découverte me fait éclater de rire et je laisse tomber la lettre.
Je m’apprête à redescendre quand soudain, un halo bleu envahit mes mains et mes jambes. Cette lumière semble devenir très intense à moins que ce ne soient mes mains qui deviennent transparentes ! Je ferme les yeux un bref instant et je me pince pour voir si je ne rêve pas. Les yeux écarquillés, je découvre mon nouveau moi en train de disparaître : après mes mains et mes jambes
K.M.

Laisser un commentaire